« Ma bibliothèque de libraire confinée »

J (je ne compte plus…)

Dans la série des romans que j’ai énormément aimé lire mais qu’il n’est peut-être pas judicieux de lire en ce moment (ou pas !), voici Sanderling d’Anne Delaflotte-Mehdevi publié chez Gaïa.
J’ai lu tous les livres de cette auteure pas assez connue à mon goût. Très régulièrement, je conseille La Relieuse du Gué que j’ai adoré. Je conseille également la deuxième aventure de la relieuse, Mathilde, avec Le Portefeuille Rouge. (Même mon lecteur de mari s’est laissé prendre). J’ai passionnément aimé Fugue, roman très intime dans lequel Anne Delaflotte-Mehdevi a su transcrire comme jamais la perte de voix de son héroïne, et tout récemment, Le Théâtre de Slávek, un roman historique hors du commun, dans lequel on apprend beaucoup sur le théâtre et ses lumières, sur la nature humaine et l’épidémie de peste à Prague au 18ème siècle.
Sanderling est le 3ème roman d’Anne Delaflotte-Mehdevi paru en 2013. C’est un roman étrange, rien ne nous prépare à ce qu’il va s’y passer. Landry est paysan, extrêmement fragilisé par une séparation, on le découvre dans les étendues du grand nord, étudiant un oiseau migrateur, le sanderling, soucieux de le suivre à la trace, comme si comprendre cet oiseau, lui permettait de mieux se comprendre et comprendre le monde. Mais il doit retourner sur ses terres en Bretagne, remettre en route sa vie de labeur. Tout en souhaitant réinventer, Landry reprend finalement goût à la vie d’agriculteur, jusqu’à ce qu’un imprévisible événement vienne tout bouleverser, et tout remettre en question sur la Terre… Rien de ce qu’on n’aurait pu imaginer un jour…

Sauvons des vies : continuons à rester chez nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *